Adolescence·Jeune adulte

Ray Shepard, Tome 1 : Amnésie

Couverture du livre Amnésie, Tome 1 du cycle Ray Shepard, de Morgane RugraffDepuis que j’ai intégré le comité de lecture de Magic Mirror, (dont je vous ai déjà parlé un peu ici) je m’intéresse davantage aux petites maisons d’édition françaises, et notamment à celles qui publient de la fantasy.
Plume Blanche est de celles-ci. Elle propose un catalogue assez diversifié et qui m’a fait de l’œil dès ses débuts.

Ray Shepard, un roman de Morgane Rugraff est le troisième livre que j’ai pioché dans ce catalogue. Après une bonne surprise avec Le Porteur de Mort T.1 : L’Apprenti de Angel Arekin et une assez grosse déception pour Salem de Sandra Triname (chroniques à venir), ce premier tome me laisse mine de rien un peu sur ma faim.

Dans ce volume introductif, nous découvrons un monde où chacun vit avec son âme séparée en deux, la seconde moitié s’exprimant sous la forme d’un fluide capable de prendre la forme d’un animal : le spectre. Dans ce monde où les batailles à coups de spectres font rage et où la maîtrise de l’alchimie peut vous garantir la victoire, Ray Shepard, un adolescent apparemment comme les autres, souffre d’amnésie. Il ignore tout de son enfance, et son seul indice, son amour perdu, lui échappe malgré toutes ses recherches. Doté d’un fluide particulièrement puissant, il est à la tête d’un groupe d’adolescents. Mais son passé le ronge, jour et nuit. S’il retrouve la mémoire, Ray choisira-t-il la loyauté envers ses amis et cet amour naissant, ou la vengeance et le passé ?

L’auteure nous transporte dans un monde plein de magie, frôlant l’urban fantasy. Mais ici, pas question de créatures fantastiques : la magie est en chacun, dans ce fluide et dans l’alchimie que chaque adolescent apprend à maîtriser en cours et à travers les combats des rues. Très réaliste, l’écriture de Morgane fait écho efficacement à notre monde par ses détails et ses nombreuses descriptions, et on imagine tout à fait son histoire transposée dans notre réalité, superposée aux bandes de jeunes qui traînent dans les rues ou aux guerres de gangs.
J’aime cette idée du double animal lié à une partie de notre âme, elle me fait penser à l’animal-totem des amérindiens. Quant au duel présentant un sort alchimique de séparation des deux moitiés de l’âme, il m’a donné l’impression de me retrouver dans le premier roman d’À la croisée des mondes de Philip Pullman, où des enfants sont séparés de leur daemon…
L’auteure présente vraiment la magie de manière imagée et réaliste, et elle prend soin de nous délivrer de nouveaux « sorts » ou de nouvelles formes de magie tout au long du roman au fil de l’apprentissage et de l’évolution des personnages, tout en nous laissant la certitude de ne pas avoir encore découvert tous les secrets de son univers à la fin du premier livre.ray-shepard-livre

Comme je l’ai évoqué précédemment, on est vraiment pour moi dans un premier tome introductif : présentation du monde, de ses particularités, des différentes couches de la société, et surtout révélations progressives sur le passé de Ray… Pour autant, ne pensez pas qu’il s’agisse d’un roman sans action, loin de là !
Dans son livre, Morgane distille une ambiance de plus en plus sombre, centrée majoritairement sur Ray Shepard, mais aussi sur différents autres personnages. Cette différence de points de vue enrichit l’intrigue, et permet de développer la psychologie des personnages secondaires. Tous les personnages sont ainsi très travaillés, Morgane prend soin de n’oublier personne et tous ont une personnalité bien développée et une présence appréciable dans le récit.
Pour tout vous dire j’ai eu du mal à apprécier Ray Shepard, trop sombre, trop solitaire, trop enfermé dans une espèce de dépression pour que je puisse m’y attacher. Je ne comprends pas du tout comment il est sensé rendre dingues toutes les filles, mais pourquoi pas… Son obsession de la puissance puis de la vengeance est pour moi si bien transmise qu’elle en devient écrasante, presque étouffante, au point qu’elle étouffe les autres fils narratifs. J’attends de voir l’évolution du personnage dans le second volume, en espérant qu’il se rouvre un peu d’une façon ou d’une autre. A l’inverse, je me suis tout à fait retrouvée dans la timide et courageuse Kaily Black, romantique au possible et totalement sous le charme du beau Ray. J’ai vraiment apprécié l’évolution de son personnage, qui donne l’impression d’assister à l’éclosion d’une fleur,cet arc narratif est très agréable et bien amené, et à l’opposée totale de Ray, qui plonge au fil du roman dans une noirceur intérieure qui nous semble sans fin.

La fin du roman m’a laissé remplie de questions. En effet, tout au long du livre, l’auteure entretient un certain nombre de mystères autour de ses personnages, et nous sommes loin d’avoir toutes les réponses une fois la dernière page tournée. Ça m’a donné terriblement envie de lire la suite !

Un petit mot sur la couverture, que j’adore ! Elle est illustrée par Mina M, comme Ronces Blanches et Roses Rouges. J’aime beaucoup les couleurs. Le fonds de l’illustration dans les tons de vert donne une réelle impression de profondeur, et le sceau alchimique représenté donne un côté mystique. J’aime également la façon dont le dessin continue au dos du livre, représentant un spectre sous la forme d’un tigre blanc, entouré de son fluide. N’hésitez pas à visiter la page Facebook de l’illustratrice, ou sa galerie !

 J’ai vraiment apprécié de découvrir l’univers de Morgane Rugraff, mais j’ai été un peu déçue de ne pas davantage accrocher au personnage principal, qui s’enfonce tellement dans sa déprime et ses idées de vengeance que j’ai eu l’impression de ne plus lire que ça, et ça m’a parfois empêché d’apprécier pleinement le récit. Je lui donne un 3.5/5, j’espère être encore plus emballée par la suite de l’histoire – et j’espère vraiment y retrouver Kaily ! J’aime faire ce genre de découverte prometteuse dans le catalogue d’une maison plus petite que les grands noms de l’édition : elles méritent vraiment d’être connues et soutenues. N’hésitez pas à visiter la boutique des Editions Plumes Blanches, ou encore à suivre leur page Facebook, c’est une maison très dynamique qui propose régulièrement des dédicaces et des offres promotionnelles sur leurs publications, et ils ont vraiment le don de parler de leurs publications avec passion, ça donne très, très envie ! N’hésitez pas également à visiter la page Facebook de l’auteure, ou son blog !

A très bientôt !

Chloé

Publicités

4 réflexions au sujet de « Ray Shepard, Tome 1 : Amnésie »

  1. Effectivement, ta description rappelle tout de suite la trilogie de Pullman, qui m’a laissé un excellent souvenir. Est-ce que les « fluides » animaux sont aussi capables de parler, d’échanger des émotions avec leurs humains, et d’avoir une conscience propre ? Ou bien s’agit-il de quelque chose de différent ?

    J'aime

    1. Non, contrairement au daemons de Pullman, ils ne parlent pas et ne transmettent pas d’émotions. Par contre, pour ce qui est d’avoir une conscience propre… Je crois qu’il est trop tôt pour répondre à cette question ! 🙂 Mais non, globalement, en-dehors d’une certaine fureur dans les duels, ils sont plutôt passifs… A voir si la suite les fait évoluer..?

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s